Mon hospitalisation

En pratique (avec un rappel des choses à faire depuis la veille)

La clinique Oudinot

Le Dr Zniber opère à la clinique Oudinot. ( http://www.clinique-stjeandedieu.com)

Située à deux pas des Invalides, la clinique Oudinot, membre de la fondation Saint Jean de Dieu,

bénéficie d’un site privilégié où calme et verdure sont particulièrement appréciés.

La compétence de ses équipes médico-chirurgicales et soignantes, la technicité de ses installations et le confort de son hôtellerie garantissent à ses patients une hospitalisation de qualité.

La clinique met un accent tout particulier sur la qualité et la sécurité des soins, l’accueil et l’écoute personnalisés.

Bien que située en plein cœur de Paris, elle bénéficie d’un grand jardin que l’Ordre Hospitalier entretient soigneusement pour offrir aux patients un lieu de verdure propice à la détente et au calme.

Pour le repos des patients , les visites, autorisées entre 10h et 20h, sont limitées à deux personnes. L’accès aux chambres est interdit aux enfants de moins de 15 ans.

Par mesure d’hygiène,  la présence de fleurs coupées ou en pot dans les chambres est déconseillée.

Adresse :   Accès personnes à mobilité réduite et ambulances :

Clinique Saint-Jean de Dieu  4, rue Rousselet 75007 PARIS
http://www.clinique-stjeandedieu.com/downloads/plansite_1.jpg

Contacts :

Standard clinique : Tél : 01.40.61.11.00 / Fax : 01.40.61.11.11

Mon arrivée à la clinique

Je me présente aux admissions

J’ effectue auprès de l’hôtesse d’accueil les dernières formalités administratives, puis je suis accompagné vers le service de chirurgie.

Les chambres d’hospitalisation sont individuelles ou doubles, et toutes équipées d’une salle de douche.

A l’arrivée dans le service de chirurgie

L’infirmière m’accueille et m’accompagne dans ma chambre. Elle contrôle votre identité et me pose deux bracelets d’identification. Elle s’assure que je sois bien préparé, elle note mes éventuelles allergies, mes antécédents médicaux ou traitements particuliers. Elle vérifie que j’aie bien respecté les consignes de jeûne.

Je n’oublie pas de signaler tout changement éventuel de mon état de santé depuis la consultation d’anesthésie (fièvre, toux, douleur, grossesse…).

Je prends ma deuxième douche pré opératoire. Je passe la tenue de bloc à usage unique (chaussons, tunique, sous-vêtement, bonnet) que l’infirmière m’a remise, puis je me mets dans le lit. A l’aide d’un stylo, je fais une croix sur le membre qui doit être opéré, et j’écris dessous le mot « oui » (il est important de ne pas oublier cette étape, qui permet de limiter les risques d’erreur). Je n’ai pas à utiliser pour cela un stylo spécifique ni stérile.

Je suis prêt pour aller au bloc opératoire.

Mon transfert au bloc opératoire

Transfert au bloc opératoire

Le brancardier vient me chercher dans ma chambre.

Après avoir vérifié mon identité, il prend mon dossier et m’installe sur son brancard. Il m’accompagne au bloc opératoire pour être pris en charge par l’infirmière de bloc et l’anesthésiste.

Au bloc opératoire

L’équipe procède à un dernier contrôle (checklist) de mon identité, de mes antécédents, et du type d’intervention qui est à réaliser. Le Dr Derichard me prend en charge pour préparer mon anesthésie.

Dans la salle d’opération, la température est basse (de 17 ° à 19°) ; ceci permet de limiter les risques infectieux.

Je suis recouvert d’une couverture chauffante.

Une infirmière me nettoie le membre à opérer, une autre prépare les instruments chirurgicaux. Toutes les personnes présentes dans la salle portent une charlotte et un masque chirurgical. Même si j’ai du mal à reconnaître les visages des soignants qui m’entourent, les docteurs Zniber et Derichard sont bien là.

Le Dr Zniber vérifie mon installation et confirme le coté à opérer avant de pratiquer le geste opératoire. Il finit son intervention par la réalisation du pansement et la mise en place d’une attelle réfrigérante.

Pour améliorer mon confort post-opératoire, une infiltration par anesthésiques locaux est quasiment systématique.

En fin d’opération, la checklist est complétée pour sécuriser la fin de l’intervention.

Durée de mon intervention

De manière habituelle, l’opération dure 1h30.

Juste après mon intervention

En salle de réveil

Je suis surveillé le temps que mon réveil soit complet et mon confort assuré (en général une heure). Des radiographies de contrôle sont réalisées. L’attelle refroidit et comprime légèrement la zone opérée pour limiter l’inflammation, la douleur et le saignement.

Pour finir, le brancardier me raccompagne dans ma chambre.

De retour dans ma chambre

L’infirmière me ré-accueille et inspecte mon pansement ; elle vérifie que je commence à bouger mes extrémités.

Elle valide le moment où je peux prendre une collation et me surveille régulièrement. Pendant ce temps, je bénéficie de plusieurs séances de traitement par l’attelle de froid.

Le premier lever se fait avec le kiné ou l’infirmière, le jour même de l’opération, ou au plus tard le lendemain si j’ai été opéré tard dans l’après-midi. Je dois porter mes bas de contention jusqu’au lendemain.

Je peux marcher avec ou sans cannes, et descendre et monter les escaliers. Sauf consigne contraire de mon chirurgien, je peux m’appuyer complètement sur ma jambe opérée et donc marcher normalement.

L’objectif est d’être autonome rapidement. Pour cela, je dois débuter mes exercices d’auto-rééducation tels que je les ai appris avant mon intervention.

Grâce à l’anesthésie locale, je ne ressens quasiment aucune douleur.

Je dois signaler à l’infirmière tout désagrément.

Pendant mon séjour à la clinique

Tout est mis en œuvre pour une récupération rapide dans le cadre du programme de Récupération Rapide Après Chirurgie (RRAC).

Le Dr Zniber et le Dr Derichard passent me voir dans ma chambre pour évaluer les suites opératoires. Ils adaptent mes traitements et prescrivent des examens complémentaires si besoin. Une attention toute particulière est portée à mon confort.

Je reçois les soins infirmiers adaptés (surveillance des constantes, évaluation de la douleur, réfection des pansements, injection des anticoagulants). Je suis déjà autonome pour ma toilette et mon habillage, et n’ai besoin que d’une aide minime dispensée le cas échéant par les aides soignantes.

Je bénéficie de l’application de l’attelle de froid plusieurs fois par jour.

L’équipe de kinésithérapie passe me voir deux fois par jour pour poursuivre le travail de rééducation que j’ai entamé avant l’intervention. Leur objectif est de me rendre autonome avant ma sortie.

Malgré toute l’attention apportée à mon confort et à ma récupération, je viens toutefois d’être opéré et je peux :

-me sentir fatigué
-avoir du mal à dormir
-ne pas avoir tellement d’appétit
-être constipé
-avoir la gorge sensible quand j’avale ou être enroué (à cause de l’intubation pendant l’anesthésie)
-avoir de la température jusqu’à 38,5°

Ces désagréments sont tout à fait banaux et ne doivent pas me décourager.

Ma sortie

La date de sortie est prévue au moment de la programmation de l’intervention, en général au bout de une à trois nuits passées à la clinique. Elle est affinée après l’opération en fonction de mon évolution, de ma récupération fonctionnelle (marche, montée et descente des escaliers, béquillage) et quand j’ai validé les apprentissages dispensés par les kinés.

Ne vous inquiétez pas, il est naturel d’avoir un peu peur de sortir. C’est ce que ressentent la majorité des patients…qui finalement s’en sortent très bien à la maison! Si l’équipe vous permet de sortir, c’est qu’elle sait que vous êtes prêt.

Je rentre à la maison accompagné d’un proche, je peux monter dans une voiture normale en tant que passager. Si j’ai besoin d’un transport spécialisé, il faut que je le signale à l’infirmière la veille de la sortie.

Il ne me reste qu’à passer par le service des admissions pour faire ma sortie et régler les honoraires des médecins et les frais de séjour, et c’est terminé, je peux rentrer à la maison!

Les papiers de sortie

Pour faciliter mon organisation, un certain nombre de documents m’ont déjà été remis par Nathalie lors de la programmation de mon intervention et par le Dr Derichard :

– Les ordonnances de rééducation
– Les ordonnances de pansements
– Les ordonnances pour les médicaments (anti-douleur, anti-inflammatoires, anti-coagulants)
– Les ordonnances de soins infirmiers
– Les ordonnances pour les prises de sang

Mes dates de rendez-vous de contrôle

Au moment de ma sortie, je reçois :

Boubker

– Mon compte-rendu opératoire
– Mon compte-rendu d’hospitalisation
– Mon bon de transport le cas échéant
– Mon arrêt de travail si besoin

Le reçu des honoraires versés à transmettre à ma mutuelle

Le Dr Zniber envoie directement à mon médecin traitant un double de mes compte-rendus.